Ce que vous voulez savoir sur manga

Ma source à propos de manga

Le terme « manga » est constitué de 2 idéogrammes ( ou Kanji ) : « man », qui signifie, selon le contexte, l’imprécision ou la simplicité, et « ga » qui désigne le reflet graphique. On pourrait par conséquent planter « manga » par « dessin au trajectoire riche » ou bien épure au gré de la fiction ». On rencontre aussi la traduction par « photos modestes », qui est plus péjorative. Hokusai ( 1760-1849 ) est le premier à avoir expérimenté ce terme pour désigner ses recueils de croquis et de ébauche. à l’heure actuelle, au japon, le terme est utilisé pour définir les bandes dessinées quelle que soit leur origine géographique.En 1946, le soleil levant se reconstruit après les dommages de la guerre… Une époque où les américains délayé leur production via leur domination et influencent extrêmement les productions de cet étape. En effet, les yonkoma ( ces réputé manga en « 4 subdivision » ) sont un dérivé des réputé comics strip-tease : Garfield ( 1987 ) ou encore Snoopy ( 1950 ), en sont des images. S’ils voient leur ouverture dans la presse, quelques créateurs en ont fait des mangas : Sazae-San ( 1946 ) de Machiko Hasegawa en réalité partie. Bien qu’humoristique, Sazae-San relate le quotidien d’une famille japonaise banale après les des festivités de la deuxième Guerre Mondiale, apposant un contexte culturellement intéressant, pour une histoire distribuée sur 45 contenance.Comme l’indique leur nom ( shojo en français jeune-fille ), les shojo sont destinés aux adolescentes de moins de 17 ans. En fait, c’est juste la version féminine des shonen, avec des héroïnes à forte. Le genre se caractérise par une témoignage centrée sur relation entre personnages. Les œuvres les plus populaires de ce variétés sont particulièrement Cats Eyes, Sailor Moon, Tsubaki Love, etc… Ce type de mangas est surtout destiné aux personnes de plus de 16 ans. Contrairement au shonen qui traite les tribulations et les effondrement dans un style véritable et plaisantin, le seinen a un penchant plus trashs et possible. Les inordination déclarent les véritables problèmes des choses et les estrades de affaire sont nettement plus sanglantes que dans les shonen. Le personnage n’est plus l’enfant dupe, il profite déjà d’une certaine activité, ses motivations sont moins démesurées. Les personnages secondaires sont plus complexes et plus travaillés, la annuité plus raffinée et plus mature. dans le cas où vous n’avez jamais lu un seinen, vous pouvez détecter l’esthétique par des œuvres dans la mesure où Sun-Ken Rock ou Berserk.Cat’s Eye est l’une des premières grandes séries de Tsukasa Hôjô, avant City Hunter ( Nicky Larson ) puis household Compo ou Angel Heart. Écrivant déjà les lignes de ce qui sera le féminin de le créateur, l’histoire met en podium un cadre classique sans pouvoirs spéciaux ou évènements surnaturels. La force de Cat’s Eye s’appuie sur son conspiration fabuleuse dans un moyen du chat et de la souris, en définitive très bon enfant. Mais la maîtrise de Hôjô sur la construction des petites figurines et la cadence constamment original ont berné l’attention des lecteurs, dans une atmosphere très marquée par les années 1980. Le mangaka affinera son féminin en même temps de sa carrière, sans jamais défaire cette œuvre référencielle.Ce shônen d’aventure en un masse est graphiquement inspiré des cartoons de Walt Disney, dont le mangaka est un ardent adulateur. C’est sur ces bases que se réalise ce style, qui perdurera intouchable ou aussi, ameutant le canevas et le cadre en s’inspirant du 7e discipline. Ainsi les plans cinématographiques vont être introduits et devenir des éléments indissociables du manga : les énorme plans, les contre-plongées, les plans américains… Ces techniques du cinéma vont permettre de varier les angles, les huisserie et ceci afin de dynamiser la expertise.Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, Kitarô le horrible est en fait… une mystification. Shigeru Mizuki élaboré son personnage bouée en 1959 et connaîtra un grande succès au soleil levant, comme en témoigne ses nombreuses mise à jour en mobile et en film ( le dernier mentionné long métrage date à peu près de 2008 ). Le rayonnage et la mise en forme du mangaka sont assez classiques, la activité de mueck se situant assez dans ce qu’il a réussi à faire du mythe des monstres asiatique. Tout en leur menant un design novice soit outré, tantôt agréable, il va conférer à ses chambardement et ses protagonistes une folklorique louvoyant de la noirceur à la légèreté.

Plus d’informations à propos de manga